Rhume des foins, solutions pour le soulager

Pour de nombreuses personnes, le début du printemps est aussi le début de la saison du rhume des foins. Le pollen vole dans l’air et provoque des réactions allergiques. Les signes évidents sont des yeux et un nez qui démangent, des éternuements ou des reniflements fréquents. Les personnes allergiques au pollen doivent alors prêter une attention particulière à leur alimentation, car celle-ci peut aggraver les symptômes – mais aussi les atténuer.

Allergies croisées avec les aliments

Les personnes qui souffrent du rhume des foins ne tolèrent souvent pas non plus certains aliments. La raison en est ce que l’on appelle les allergies croisées. Ceux-ci se produisent parce que les protéines allergisantes (allergènes) du pollen et des aliments ont une structure similaire.

Les personnes allergiques au pollen doivent donc faire attention à certains aliments. Cependant, s’ils sont bien tolérés, leur consommation régulière aide à maintenir la tolérance aux allergènes.

Régime pauvre en histamine pour le rhume des foins

Le rhume des foins est une réaction excessive du système immunitaire contre les protéines contenues dans le pollen. En raison de cette réaction de défense, l’organisme libère de l’histamine, qui finit par déclencher les symptômes.

Il est donc recommandé de suivre un régime pauvre en histamine, qui n’augmente pas davantage le niveau de cette substance messagère dans l’organisme.

Par exemple, les plats cuisinés contenant de la levure, les fromages vieillis, les légumineuses, les tomates, les produits à base de blé, le chocolat, le vinaigre, les fruits de mer en conserve et les viandes fumées ne doivent être consommés qu’avec modération.

Vitamines et minéraux contre le rhume des foins

Certaines vitamines et certains minéraux sont capables d’atténuer les symptômes du rhume des foins. Ils stabilisent les muqueuses, empêchent la libération d’histamine dans le sang, fixent l’histamine en excès dans l’organisme ou favorisent sa dégradation.

Antioxydants et acides gras oméga-3

Les aliments contenant des antioxydants anti-inflammatoires et des acides gras oméga-3 sont également bons contre le rhume des foins. Riche en ces substances est, par exemple, la cuisine méditerranéenne, où l’on consomme beaucoup de fruits frais, de légumes, de poisson et d’huile d’olive.

Humidifier les membranes muqueuses

Boire suffisamment est important pour le système immunitaire. En outre, des muqueuses humides forment une barrière plus solide contre le pollen. Le café est généralement bien toléré en petites quantités.

D’autre part, il est préférable pour les personnes souffrant d’allergies au pollen d’éviter l’alcool, car il peut libérer les histamines existantes dans le corps et ainsi aggraver les symptômes.

Le thé noir est également déconseillé en cas de rhume des foins en raison de sa forte teneur en histamine.

La prudence est de mise avec le jus de pamplemousse : Il peut entraîner des interactions avec les antihistaminiques.

Conseils diététiques pour le rhume des foins

Une alimentation riche en vitamines, fraîche et variée est généralement recommandée. Le sucre, le poisson, la viande, les œufs et le lait ne doivent être consommés qu’avec modération.

Régimes alternatifs

Certains malades signalent un soulagement de leur rhume des foins après avoir adopté un régime alcalin, végétarien ou végétalien. Ces régimes sont très riches en fruits et légumes frais.

Cependant, certains fruits et légumes peuvent également provoquer une exacerbation en raison de leur teneur en histamine ou d’allergies croisées.

Des succès ont également été obtenus avec l’aide de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Celui-ci recommande, entre autres, de renoncer aux aliments crus, au blé et aux produits laitiers.

Le renoncement complet à certains aliments doit toujours être discuté au préalable avec un médecin. Souvent, un léger changement de régime alimentaire suffit à maîtriser le rhume des foins.

Le bonheur et l’épanouissement : comment y parvenir ?
Le sport pour les personnes en surpoids