Tout sur le consumérisme et l’essence de Noël

La date chrétienne célébrée par la plupart des Brésiliens propage, en théorie, l’esprit de Noël plein de solidarité et de sens de la communion. Cependant, un autre esprit imprègne de plus en plus cette période de l’année : le consumérisme. Les enfants d’aujourd’hui, lorsqu’ils deviendront adultes, se souviendront-ils des moments passés ensemble avec leur famille et leurs amis ou seulement du jouet qu’ils ont gagné ou non ? Noël a-t-il perdu son essence ? Après tout, quelle est la véritable signification de cette date ?

Pour le coordinateur de la Communauté mondiale de méditation chrétienne, le consumérisme a malheureusement altéré l’essence et la signification de Noël. La sécularisation et le matérialisme ont fait que cette période est souvent réduite à la superficialité du verbe acheter, déplore-t-il, il qui dirige également le projet brincando de meditar (jouer à méditer) dans certaines écoles de la ville de São Paulo.

Il a un jour entendu à la radio une publicité pour le shopping qui disait que c’était le moment de transformer les sentiments en cadeaux. En fait, on devrait faire exactement le contraire, laisser de côté la superficialité des cadeaux et entrer véritablement en contact avec les membres de la famille dans le cadre d’un rituel plus significatif. À Noël, on devrait se soucier davantage d’être présents que de donner des cadeaux.

Le professeur de l’Institut de Psychologie de l’USP analyse que le Noël lié à la consommation renie point par point les valeurs originelles du christianisme. Ce sont : l’altruisme, et non la convoitise des cadeaux ; la sobriété, et non l’ostentation des arbres, des lumières et des décorations ; le bonheur immatériel généré par l’amour comme renoncement, et non le plaisir matériel ; et la communauté d’égaux et de frères devant le Seigneur, et non l’individualisme et la compétition entre différentes voies, plus ou moins riches de coexistence.

Noël lié à la consommation renie point par point les valeurs originelles du christianisme.

Pour l’anthropologue et professeur de l’Unesp de Bauru, ce n’est pas que la société ait abandonné les valeurs, mais elle les a laissées soumises aux intérêts et aux aspirations matérielles. Les valeurs sont présentes, mais d’une manière qui n’est pas très claire pour les individus eux-mêmes, ayant tendance à être davantage reconnues dans les moments de crise. Par exemple, si l’individu va bien, avec une vie équilibrée, les fêtes de fin d’année se confondent avec l’échange de cadeaux, les collations et les fêtes ; si, au contraire, l’individu ne va pas bien, il devient encore plus déprimé, prenant conscience que cette période devrait être guidée par la solidarité, l’échange de gentillesses et l’expression de sentiments fraternels plus que l’échange de cadeaux.

Une charité marquée par le consumérisme

A cette période de l’année, les gens “adoptent” les sacs des enfants, ils deviennent plus généreux, il y a les “boîtes” de fin d’année. Ce n’est pas un problème en soi. Le problème est de penser que l’esprit de charité doit être vécu ponctuellement dans cette phase de l’année.

La solution à une telle consommation n’est pas de diaboliser les objets comme s’ils étaient la source de la corruption morale, donc de les mettre à la place d'”autres dieux”. Ce n’est pas la possession d’un quelconque objet qui rendra vertueux, mais seulement l’autonomie, la séparation et le “bon usage” qu’on parvient à créer devant ces objets, en tant que médiateurs et enrichisseurs de la rencontre avec l’autre, affirme un psychanalyste.

Après tout, qu’est-ce que Noël ?

Noël est certainement l’un des événements les plus importants de l’année pour un catholique. Cette date célèbre la naissance de Jésus en tant qu’incarnation du fils de Dieu. Comme cité dans l’Évangile de Jean (1, 1-2 / 14) : “Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu. Et le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous”.

Noël marque l’humilité de Dieu et sa volonté d’être proche de l’homme. C’est un événement très significatif qu’on vit à cette époque de l’année et qu’on appelle l’Avent. L’Avent (du latin adventus, qui signifie “arrivée”) est la période qui précède Noël. C’est un temps de préparation et de joie dans lequel on attend la naissance de l’enfant Jésus.

Ce qui se passe, c’est que de nombreux catholiques finissent par se préoccuper davantage des préparatifs de la cène et des cadeaux que de vivre l’Avent. Les gens consacrent du temps et de l’énergie à planifier le repas de Noël, ce que chacun doit prendre, dans quelle maison, en dessinant l’ami secret et tout le reste. Et avec cela, ils consacrent aussi une grande partie de leur temps à faire la queue dans les parkings, les magasins et les supermarchés. Après tout, il faut acheter les cadeaux, les tendres, les chester et tous ces “articles” de Noël. Et donc, le grand problème est qu’un événement d’une ampleur énorme cesse d’être vécu dans son essence.

Noel Papai

Il est courant dans certaines familles catholiques de perpétuer le mythe et de demander à un oncle, un cousin ou une connaissance de se déguiser en Père Noël. Pour ceux qui suivent le jeu, il est possible d’apprécier les petits yeux brillants des enfants qui attendent celui qui apportera un sac rempli de jouets. Malheureusement, tous les petits qui l’attendent ne reçoivent pas sa visite fictive. Mais le fait est que ce personnage habite l’imagination de nombreux enfants brésiliens. Comment cela s’est-il produit ?

Le symbole du “bon vieux garçon” a perduré pendant des siècles, mais a subi des changements significatifs au fil des années.

Le personnage du Père Noël, inspiré d’un pape médiéval, a été créé aux alentours du XVIe siècle pour exprimer avant tout l’amour du prochain et le don de biens à ce même prochain, sans craindre de recevoir une rétribution pour ses actes de bonté. Au fil du temps et des changements historiques, l’image et la signification données au Père Noël ont évolué. À partir du XXe siècle, le Good Santa s’est imposé comme un symbole de fête et d’échange de cadeaux. Cela ne signifie pas que sa signification originelle s’est éteinte, ce qui s’est produit n’est que l’exaltation du symbole en tant qu’emblème de la fête et de la consommation”, explique l’anthropologue.

Dans les années 1930, le personnage du Père Noël a été adopté comme poster de Noël pour la marque de boissons gazeuses Coca-Cola. C’est à ce moment-là que le personnage a acquis le format actuel, y compris la tenue rouge, qui était auparavant verte.

Vénérer la culture d’autrui

Comme le garçon de la publicité, la figure du Père Noël a commencé à être exploitée par la marque à l’échelle mondiale. Les campagnes publicitaires, initialement dans la presse écrite, ont gagné en visibilité avec l’arrivée de la télévision. Ainsi, le personnage créé en Europe et adopté aux États-Unis, régions où une partie du territoire est recouverte de neige en hiver pendant la période de Noël, a été repris dans plusieurs pays.

Cette particularité géographique de la région d’origine du personnage allait finalement se répandre dans le monde entier sous forme de publicité. Cela a généré à son tour des scénarios et des situations étranges, dans lesquels des personnages en costumes d’hiver sont utilisés comme symboles de Noël même dans des pays tropicaux comme le Brésil, où, en décembre, la chaleur domine.

Les costumes de Père Noël incorporés dans les pays de l’hémisphère nord sont très éloignés de notre culture tropicale.

Dans ces termes, on parle aussi d’une forte dépendance culturelle. Plus que l’hiver, le Père Noël est toujours un personnage blanc, même dans les pays où la population est majoritairement composée de non-blancs. L’incorporation de symboles d’autres cultures, tant dans les espaces publics que dans les foyers, constitue le culte des autres cultures. En d’autres termes, on finit pour célébrer Noël davantage comme une fête et un culte à la culture des autres que comme un moment de réflexion sur notre propre existence individuelle et collective.

Cette importation répand dans les centres commerciaux des villes brésiliennes des hommes à la barbe blanche qui, en plein été, portent des casquettes, des vêtements rouges avec des poignets en laine et des bottes. Ici, les pères Noël passent beaucoup de temps dans des fauteuils entourés de fausse neige et de faux rennes. Rien de plus distant et étranger à notre culture que cette image publicitaire.

La version la plus brésilienne du Père Noël est le Pelznickel (Papai Noel do Mato), un personnage folklorique de Noël à Guabiruba, Santa Catarina, où des imagiers allemands ont créé un personnage avec des cornes, qui s’habille de feuilles et d’herbe et porte un bâton pointu. Ceci, au moins, n’est pas un produit d’une société de boissons gazeuses.

La pétition contre la vaccination obligatoire
Êtes-vous tombé dans ces 7 canulars que Facebook a fait croire à tout le monde ?