Voici comment apporter les premiers secours après un accident

Sur des routes de campagne isolées, dans la circulation urbaine dense ou sur l’autoroute, les accidents peuvent se produire n’importe où et à n’importe quel moment. Si vous arrivez sur les lieux d’un accident en tant que secouriste, votre soutien est absolument nécessaire malgré les craintes possibles. Nous vous débarrassons de toutes les inquiétudes possibles et nous vous expliquons comment vous pouvez apporter les meilleurs premiers secours possibles après un accident – et ainsi devenir un sauveur.

Aidez les autres, mais sans vous mettre en danger

En tant que secouriste, vous devez savoir que l’omission d’une assistance peut également entraîner des conséquences juridiques. Les excuses ne comptent donc pas. Si vous arrivez sur le lieu d’un accident non sécurisé, faites-vous une idée rapide de la situation dès le début. Sécurisez le site de l’accident pour éviter tout accident supplémentaire. Mais en aucun cas vous ne devez vous mettre en danger. Garez votre véhicule à une dizaine de mètres et allumez les feux de détresse. Mettez un gilet de sécurité, puis retirez le triangle de signalisation de votre véhicule et placez-le à une distance suffisante du lieu de l’accident, sur le bord de la route.

Lorsque vous installez le triangle de signalisation, vous devez, si possible, éviter de marcher sur la route afin de ne pas être heurté par d’autres conducteurs. Surtout sur l’autoroute, il est conseillé de toujours rester derrière la glissière de sécurité.

Appelez les services d’urgence

Si le lieu de l’accident est protégé des mouvements de la circulation, composez le 112. Si vous n’avez pas de téléphone portable, des téléphones d’urgence Orange sont disponibles sur les autoroutes et les voies rapides. De petites flèches noires sur les poteaux de délimitation au bord de la route vous indiquent le chemin vers le pilier le plus proche.

Demandez de l’aide à d’autres conducteurs

Si vous n’avez pas pu attirer l’attention sur la route. Vous devez persuader les autres conducteurs de s’arrêter afin de vous aider, et ce idéalement pendant que vous êtes au téléphone. Faites-vous connaître en faisant un signe de la main et indiquez aux conducteurs qui passent que vous avez besoin d’aide. Après tout, plusieurs mains peuvent en faire plus que deux !

Effectuer correctement les premiers secours

Il est maintenant l’heure de se tourner vers les blessés. Si vous avez plusieurs victimes dans un accident, essayez d’identifier les cas les plus urgents. Les personnes blessées qui ne réagissent plus doivent être traitées en premier.

Massage par massage cardiaque, bouche-à-bouche, bouche-à-nez

Si la victime de l’accident ne réagit plus et ne respire plus, il faut immédiatement pratiquer un massage cardiaque avec ventilation. Pour ce faire, appuyez sur le milieu de la poitrine 30 fois de suite, à une profondeur d’environ cinq à six centimètres. Pour le rythme du massage, orientez-vous au rythme du refrain de la chanson “Staying alive” des Bee Gees. Par crainte de nouvelles blessures, de nombreux premiers intervenants effectuent le massage cardiaque avec trop peu de pression. Remarque : même les fractures des côtes peuvent se produire pendant un massage cardiaque – et elles sont certainement douloureuses, car elles peuvent sauver la personne blessée de la mort.

Après le massage, effectuez deux respirations bouche-à-bouche ou bouche-à-nez. Inclinez la tête de la victime vers l’arrière pour ouvrir ses voies respiratoires. Ensuite, tenez le nez de la victime fermé et placez vos lèvres près de sa bouche ou tenez votre bouche fermée pour respirer par le nez. Soufflez de l’air dans la bouche (ou le nez) de la victime pendant environ une seconde jusqu’à ce que la poitrine se soulève sensiblement. Dès que la cage thoracique s’abaisse à nouveau, répétez la ventilation. Ensuite, effectuez à nouveau 30 massages de pression cardiaque, suivis de deux respirations bouche-à-bouche ou bouche-à-nez. Répétez cette procédure jusqu’à ce que le patient commence à respirer – ou que les services de secours arrivent et prennent le relais.

Arrêter une hémorragie

Si la victime de l’accident respire mais saigne abondamment, il faut arrêter l’hémorragie. Pour ce faire, mettez les gants jetables de la trousse de premiers secours pour vous protéger des infections. N’utilisez que du matériel de pansement stérile provenant de l’emballage. Appliquez maintenant un pansement compressif. Pour ce faire, utilisez un pansement pour couvrir la blessure. Fixez maintenant le coussin en enroulant plusieurs fois un bandage autour de la partie du corps affectée. Cela augmente la pression, par exemple en enveloppant une gaze qui est encore enroulée autour. Ensuite, répétez la procédure avec un second pansement.

Le pansement doit être bien serré – cependant, si la peau autour de la plaie devient bleue, vous devez desserrer un peu le pansement. Essayez de positionner la partie du corps blessée plus haut pour éviter une trop grande perte de sang.

Placez les blessés dans une position latérale stable

Si la victime n’est plus consciente, mais qu’elle respire normalement, mettez-la en position latérale stable. Pour ce faire, placez la victime sur le dos devant vous et agenouillez-vous à ses côtés. Puis, prenez le bras qui est près de vous et pliez-le comme si la victime voulait faire un signe à quelqu’un. La paume de votre main est dirigée vers le haut. Prenez maintenant l’autre bras et croisez-le devant votre poitrine, la paume de votre main est contre la joue de la victime.

A présent, saisissez la cuisse la plus éloignée, tirez-la vers le haut et pliez la jambe. Tournez ensuite la personne affectée sur le côté, la cuisse est maintenant couchée sur le sol à angle droit par rapport à la hanche. Ensuite, assurez-vous que la tête est trop tendue, que la bouche est ouverte et qu’elle pointe vers le bas. Dans cette position, les voies respiratoires restent libres et la victime peut vomir sans risque de suffocation. Vérifiez à nouveau que le patient respire normalement.

Notez bien ceci : les motards inconscients doivent également être amenés en position latérale stable. Pour ce faire, vous devez retirer le casque de protection. Si vous ne le faites pas, la victime pourrait s’étouffer avec du sang ou du vomi. Procédez avec précaution, car la colonne vertébrale pourrait être endommagée. Il est préférable d’obtenir de l’aide : pendant que vous essayez de desserrer et d’enlever le casque avec précaution, votre assistant soutiendra la colonne cervicale et empêchera ainsi les mouvements saccadés.

Un soutien moral pour les victimes

Si vous avez appliqué toutes les mesures urgentes, ne partez en aucun cas à la hâte. Attendez l’arrivée des services de secours et surveillez l’état des personnes accidentées, afin de pouvoir agir rapidement si les choses s’aggravent.

Essayez d’apporter un soutien moral aux personnes touchées. Un accident a des effets non seulement physiques mais aussi psychologiques. Souvent, les victimes sont en état de choc, tremblent ou transpirent beaucoup, et la peau peut rapidement devenir pâle. Dans ce cas, gardez les jambes des victimes assez hautes pour permettre au sang de circuler en quantité suffisante vers les organes vitaux tels que le cœur et le cerveau. Gardez-les également au chaud avec des couvertures, car les personnes en état de choc se refroidissent rapidement. Les informations qui permettent de savoir que les secours sont en route peuvent souvent faire des merveilles pour les blessés – alors rassurez-les en leur disant que tout est en ordre et que les secours sont en route.

Premiers secours : mieux vaut être préparé !

Grâce à ces conseils et astuces, vous disposez désormais des outils nécessaires pour prodiguer les premiers secours avec succès. Si vous n’êtes pas encore sûr de vous, l’ADAC propose des cours de recyclage en premiers secours en coopération avec la Croix-Rouge allemande. D’autres organisations de services de sauvetage comme l’ASB (Arbeiter-Samariter-Bund), le Malteser Hilfsdienst ou Die Johanniter proposent également des cours de premiers secours. Rappelez-vous : vous ne pouvez presque rien faire de mal – à moins de ne rien faire !

Conseils pour faire sa valise
Des conseils simples pour améliorer la vie de famille