Immobilier : 4 points clés pour défendre votre prix de vente

Immobilier

Un bon vendeur est surtout celui qui parvient à maintenir ses prix ou du moins à limiter la marge de négociation. Pour cela, il a besoin d’arguments solides auquel l’acheteur ne peut pas résister. Dans cet article, vous trouverez les 4 éléments forts à avancer pour défendre votre prix de ventre et convaincre l’acquéreur potentiel.

1. Bien préparer la négociation

Anticipez la négociation de la vente d’une maison en vous préparant à l’avance. Mettez-vous dans la peau de l’acheteur en imaginant les arguments qu’il pourrait émettre et qui justifierait une baisse de prix. Nous pouvons en citer l’état de la maison à savoir les défaits de construction, des performances énergétiques très faibles, des travaux de rénovation à prévoir, etc. Lorsqu’une maison en vente n’est pas en bon état, les acheteurs potentiels ont tendance à avancer l’arguments des frais de travaux de rénovation et de réparation pour obtenir un prix moins élevé. C’est aussi le cas quand la consommation d’énergie est haute. Pour cette raison, nous vous conseillons de revoir les éléments de faiblesse de votre bien avant toute chose et d’y remédier pour ne pas devoir vendre moins cher. Par ailleurs, les personnes intéressées par votre bien pourraient attirer votre attention vers les prix appliqués sur le marché immobilier à Narbonne lorsque le vôtre est au-dessus de ce tarif. Evitez de vous retrouver dans un tel débat en analysant les transactions immobilières dans votre région, plus encore, dans votre quartier.

2. Mettre les atouts de la maison en avant

Repérez les éléments forts de votre maison et dressez la liste des arguments en faveur du prix que vous annoncez. Grâce à ces éléments, vous pourrez tenir bon face aux réticences de votre protagoniste. Commencez par souligner les avantages du quartier comme la diversité des commodités disponibles comme les grandes surfaces et les stations de moyens de transport. En l’absence de vis-à-vis, n’hésitez pas à mettre cette caractéristique en avant. Vous avez un garage à l’intérieur ou dans le sous-sol ? Dites-le clairement ! Vous avez effectué des travaux importants qui ajoutent de la valeur au bien immobilier ? Faites-le savoir aux acheteurs et à l’agence immobilière si vous avez choisi cette option. Par ailleurs, une négociation réussie doit émettre les arguments les plus pertinents en premier. Sachez qu’il n’y pas d’ordre de pertinence standard. Vous allez devoir vous adapter à votre interlocuteur et comprendre ses attentes. Que vous vendiez des maisons familiales, de luxe ou des appartements, cette règle s’applique à tous les biens immobiliers.

3. Fixer la marge bénéficiaire

La négociation est un bras de fer indéniable. En proposant un prix trop bas, vous serez surement mal à l’aise vis-à-vis des acheteurs potentiels puisqu’il n’y a pas de retour en arrière possible pour obtenir le prix que vous aviez en tête. Sachez que la marge de négociation immobilière varie entre 2,6 et 10,4 % selon l’emplacement. Pour cette raison, les propriétaires préparent leur négociation à l’avance en fixant un prix légèrement plus élevé que celui qu’ils désirent obtenir. Le prix avancé sera alors la référence pour mener la suite des négociations. On parle, dans ce cas d’un effet d’ancrage. Cette option est favorable dans le cadre de la vente d’un appartement dans une région trop sollicitée. Choisir de négocier le prix au mètre carré est une alternative tout à fait courante. Vous devez toutefois rester aligné aux prix appliqués dans ce secteur immobilier pour ne pas risquer de vous retrouver face à des acheteurs qui laisseront votre bien pour se tourner vers d’autres offres.

4. Faire preuve d’une grande intelligence émotionnelle

Maitriser ses émotions est un argument en soi pour ne pas devoir baisser vos prix. En effet, pendant la négociation, écoutez votre interlocuteur pour mieux analyser son profil, ses besoins et ses arguments. Vous réussirez ainsi à rassembler un maximum d’information le concernant afin de construire un argumentaire sur-mesure et plus à même de le convaincre. Il se peut que, pendant votre discussion, vous découvrez que l’acheteur potentiel doit déménager de toute urgence. L’un des avantages de ces situations d’urgence, c’est que le chemin est à moitié parcouru. Votre protagoniste est d’ores-et-déjà que vous avez en face de vous une personne qui souhaite conclure cette vente le plus rapidement possible, ce qui vous laisse la possibilité de tenir bon au niveau du prix de vente. D’un autre côté, nous vous conseillons de ne pas annoncer d’informations vous concernant, surtout si vous pensez que l’acheteur potentiel peut les utiliser contre vous.

Immobilier : 4 bonnes raisons d’investir en Vendée
4 choses à savoir avant d’acheter une résidence secondaire